Kurban Bayramı

 - « Oh ! Regarde une vache égorgée derrière la maison. Et une autre là-bas. Et là derrière… »
9am et déjà l’ambiance du Bayram se fait sentir. Kurban Bayramı est une fête religieuse de l’islam.Elle commémore le sacrifice d’Ismaël par son père Abraham (qui au moment où il est prêt à sacrifier son fils, voit s’approcher comme un signe du ciel un bélier).

La fête dure trois jours et la tradition veut que chaque famille qui en a les moyens égorge un mouton ou une vache après la prière du matin. Les enfants, eux, collectent des bonbons dans leurs villages. Les jours précédents le Bayram, la Turquie s’émeut, les bus sont bondés, les familles se préparent.

Un peu avant midi, nous traversons un petit village. Nous sommes aussitôt entourés par une dizaine d’enfants enjoués et curieux qui interrompent leur collecte de bonbons. Continuant notre route en suivant les indications des enfants, nous sommes invités à prendre le çay par une famille un peu avant la sortie du village.  Le moment que nous nous apprêtons à passer sera sans doute l’un des plus authentiques, sincères et mémorables de notre passage en Turquie.

L’ambiance est détendue, les rires fusent et l’heure est à la découpe ! Frères et sœurs sont réunis. Les femmes sont assises en cercle et s’activent à découper la vache sacrifiée, séparant entre plusieurs bacs les différentes parties de l’animal.

A peine arrivés, la maîtresse de maison accoure en nous offrant le thé. Elle repart aussitôt et revient avec quelques bouts de viande bouillie au bout d’une fourchette qu’elle nous fourre prestement dans la bouche, en plus de nous remplir les mains de noisettes et de bonbons! Puis nous sommes mis à contribution. Les femmes rigolent en découvrant que je suis gauchère (chose rare en Turquie.. peut-être parce que la main gauche est considérée comme étant impure), tout comme l’est la doyenne de la famille qui est concentrée sur son travail de dépeçage. François sympathise avec les hommes à côté et apportera quelques coups de hache sur la colonne vertébrale qui résiste. La maîtresse de maison vient en renfort et abat la hache en s’écriant «Yaaallah!» Tout le monde éclate de rire.

Après le repas (impossible de partir sans accepter.. d’autant plus qu’ils voulaient que nous restions à dormir!), nous voyons arriver cinq des jeunes enfants que nous avions croisés plus tôt et qui s’avèrent être les enfants de nos hôtes !

Puis c’est le moment du partage de la viande. Les mains plongées dans les morceaux de viande, on partage chaque partie de l’animal équitablement, balance à l’appui. Finalement, l’une des jeunes filles, le dos tourné, désignera au hasard les bacs que chacun embarque ensuite sur son tracteur avant de repartir porter tout cela à la maison. Nous en profitons pour partir également, sentant tous les deux que nous ne pourrions refuser une deuxième fois leur gentille offre de rester dormir. Certains moments sont parfois difficiles à décrire en mots ou en images. Je crois que celui-là fait partie de ces moments. Peut-être était-ce d’avoir la chance de partager avec eux ce moment familial ? Ou l’ambiance fraternelle, complice et joyeuse qui régnait ? Chose certaine, ce moment passé avec eux me donnera l’énergie  pour continuer la route, malgré un ciel menaçant et venteux.

Pour marque-pages : permalien.

9 réactions à Kurban Bayramı

  1. armelle massonnet a écrit:

    Ben voila j’ai encore les yeux moi !
    Super carnet comme à chaque fois :)
    C’est génial de partager des moments de vie avec ces familles,c’est la meilleure immersion.Ca parait finalement si simple de se rencontrer et d’être accueilli : tout ceci me laisse songeuse sur nos vies dans les grandes villes…
    Vous allez poursuivre le périple le coeur bien chaud :)
    Voila un carnet qui mériterait d’être largement diffusé au vu du climat islamophobe irrespirable qui règne en France…
    Joli symbole de curiosité réciproque et de fraternité simplement humaine :)
    <3

  2. Isabelle Brachet a écrit:

    Cela me fait penser à la façon dont le plus jeune se cache sous la table pour dire à qui ira chaque part de galette des rois!
    Bises, et merci de partager avec nous ces moments fabuleux.
    Isabelle et Miranda (qui a regardé ce matin vos photos avec moi)

  3. Patricia a écrit:

    C’est comme ma Tabaski au Sénégal l’année passée!! C’est LA fête des musulmans!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 4 = 8

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>