Les INDEscriptibles (ou presque) # 2

  1. Cette façon qu’ont les Indiens de dire « oui » en dodelinant la tête de côté, par petits coups… On pense d’abord qu’ils nous disent non, mais en fait c’est oui ! Le geste peut être répété selon différents rythmes, pour dire oui, pour acquiescer lors d’une conversation, etc. Attention, le geste est rigolo, mais aussi contagieux…. il faut voir François le faire ! (voir la vidéo à la fin de l’article!)
  2. Le raclage de gorge matinal masculin : son guttural profond (très profond) se situant quelque part entre le bruit d’un crachat ténébreux et un loooong reniflement aboutissant parfois sur un spasme. A croire que l’opération vise à purger de son contenu l’ensemble des conduits ORL. Involontairement, celui-ci entraîne souvent chez les auditeurs occidentaux un haut-le-cœur, particulièrement s’il survient entre deux bouchées du petit déjeuner.
  3. Le rituel des repas Indiens (qui ferait le bonheur de beaucoup d’enfants de notre côté de la planète !) : 1. Se laver la main droite. 2. Mélanger à la montagne de riz devant nous légumes, sauces et autres chutney. 3. Bien tripoter tout ça pour en faire une belle « gibelotte ». 4. Faire de petits tas avec ses doigts avant de les porter à la bouche. Le tout avec la main droite bien sûr (bonne chance aux gauchères comme moi!).
  4. L’incroyable cacophonie des villes : concierto sans fin de klaxons (un véritable canon digne d’un grand orchestre, avec toujours un klaxon), tambours soulignant cérémonies de toute sorte (religieuse, matrimoniale,…) qui surgissent à tout moment dans les rues, mototaxis s’improvisant discothèques ambulantes, pots d’échappement des tuk-tuk qui pétaradent, mâles canins qui concurrencent pour obtenir les faveurs de la belle, claquements de fouet des conducteurs de charrettes à bœuf, rigolades nocturnes d’Indiens officiant la fermeture de ces petits bars embusqués dans le fond des ruelles, portables « musicaux » à 6 heures du mat, sans parler des mosquées, églises et temples hindous… le tout formant une bulle sonore pouvant atteindre des décibels hallucinants qui s’interrompent souvent aussitôt sortis de la ville.
  5. La manière qu’ont les Indiens de boire l’eau en ne touchant jamais le goulot de la bouteille ou le rebord du verre. Une sorte de principe hygiénique qui peut paraître étrange pour nous, occidentaux, alors même que les déchets dans ce pays sont omniprésents…
  6. Ces petits balais aux fins poils que l’on voit partout en Inde. Femmes et hommes les passent doucement, sans grande conviction, devant le pas des portes, les restaurants, les musées… On a l’impression qu’ils ne font que repousser la poussière chez leurs voisins, mais en fait, ces petits balais s’avèrent efficaces.
  7. Cette façon spontanée qu’ont les Indiens, lorsqu’ils nous voient défiler en tandem sous leurs yeux, de s’arrêter en criant « Hey ! Double cycle ! Double cycle » tout en tournant le poignet et les doigts de la main droite (version flamenco) l’air de dire : « Euh.. Vous faîtes quoi là ? » ou en bon québécois « De késsé ? » Sans parler du souvenir de tous ces enfants qui courent derrière nous et que je vois doucement disparaître dans le rétroviseur…
  8. Des dizaines et dizaines de petites mains qui surgissent soudainement des fenêtres des autobus scolaires que nous croisons et qui s’agitent pour nous saluer.
  9. Cette façon bien particulière qu’ont les mères ou les grands-mères de laver les bébés. Accroupies, elles enduisent vigoureusement l’enfant d’huile, appuient fortement sur les os du visage, enfoncent leurs doigts dans le fond de la gorge, retourne ensuite l’enfant sur son dos en lui administrant quelques énergiques claques ! Les pleurs du bébé s’évanouissent aussitôt la toilette terminée.
  10. Et finalement, ces habits qui donnent au pays une délicieuse authenticité (qui tend peu à peu à s’effacer dans les grandes villes…) D’un côté, ces hommes en dhoti ou lungi, sorte de tissu que les hommes enroulent autour de leur taille, tel un paréo, et replient ensuite en deux (donnant l’effet d’une jupe). Nonchalamment, ils passent leur journée à réajuster leur dhoti… De l’autre côté, ces élégantes femmes dans leurs saris multicolores et toujours mystérieusement si propres (même après des heures dans la poussière) qui ne cessent d’attirer l’œil tant elles brillent sous le soleil.

Et comme une image vaut souvent mille mots, une petite vidéo (en début de vidéo, vous verrez l’illustration du point 1!)

Pour marque-pages : permalien.

16 réactions à Les INDEscriptibles (ou presque) # 2

  1. Armelle Massonnet a écrit:

    Hello les loulous !!

    Alors ça y’est c’est le départ !
    Quel périple, l’Inde quand même !
    Au travers des carnets, on aura senti beaucoup de choses qui donnent très envie d’y aller à son tour :)
    Dire qu’il y’a plein de taf là bas et que je ne sais pourquoi, plein d’indiens m’ont demandée sur LinkedIn ces derniers temps !
    Merci encore pour ce super carnet et pour la vidéo ! C’est vrai que les vidéos pour nous qui sommes loin c’est vraiment génial :)
    Et bien vous voilà bienheureux les loulous, continuez à voyager, rencontrer et partager !!!
    Rdv au prochain carnet et sur skype quand vous aurez de la connexion !!!
    Plein de bisous !!!!!!!!!!
    Je vais lire l’autre carnet maintenant
    :)

  2. Mich Paul a écrit:

    Oh oui Armelle! Moi aussi l’Inde ca me dit!

    wow tout à fait une place que j’aimerais découvrir! il manque juste nous en fait! :)

  3. Patricia a écrit:

    TOUS les gens que je connais qui sont passés un jour ou l’autre par l’Inde parlent de cette drôle de manière que les Indiens ont de hocher la tête. Je suis contente de l’avoir vu enfin!=)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 7 = 12

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>